VIMEO - consulter et partager nos ressources vidéo sur l'agroforesterie et les pratiques agroécologiques PEARLTREES - consulter et partager nos ressources vidéo sur l'agroforesterie et les pratiques agroécologiques PEARLTREES - consulter et partager nos ressources sur l'agroforesterie et les pratiques agroécologiques Rejoignez les discussions sur l'agroforesterie et l'agroécologie sur Facebook Sélection de videos sur l'agroforesterie et l'agroécologie

Résumé

localisation :
Le vistre
Cours d’eau drainant les eaux de l’agglomération de Nîmes (Gard), sillonnant entre Costières et Garrigues (collines) traversant la plaine alluviale marquée par une agriculture diversifiée sujette aux risques des fréquentes inondations.

Type :
Aménagement de bassin versant

Date  : 2005-2010

Coordination :
Syndicat intercommunal du Vistre

Partenaires  :
Chambre d'Agriculture
CRPF
Supagro





L'agroforesterie, comme outil d'aménagement conciliant les intérêts des collectivités et des agriculteurs.



En bref

La qualité de l’eau des nappes d’accompagnement ainsi que l’aménagement du milieu physique du cours d’eau est à la fois un enjeu pour les syndicats mixte de rivière chargés de l’état écologique du milieu et pour les agriculteurs qui veulent protéger leurs productions et le potentiel agronomique des parcelles. Les enjeux environnementaux et économiques sont fortement liés. Dans ce contexte, les agriculteurs, les syndicats, souvent accompagnés par les chambres d’agriculture, envisagent l’agroforesterie comme une des solutions d’aménagement.

C’est dans ce cadre que l’agroforesterie a retenu l’attention du Syndicat Mixte du Bassin Versant du Vistre et a fait l’objet d’une étude de faisabilité encadrée par Agroof.


Dégradation de la ressource et aménagement des champs d’expansion

Le Syndicat Mixte du Bassin Versant du Vistre (SMBVV), face à la dégradation de la qualité des eaux souterraines (pollution des nappes d’accompagnement) et aux difficultés d’aménagement des champs d’expansion de crues, à travers la gestion de l’occupation des espaces agricoles, fait appel à Agroof pour encadrer l’étude et le développement de l’agroforesterie auprès des agriculteurs, propriétaires et autres aménageurs du cours d’eau.

Après une phase d’enquête, de sensibilisation et de concertation, l’étude a abouti à la création de projets agroforestiers individuels ou collectifs dans la plaine du Vistre. Agroof a accompagné le montage des projets et a contribué à la concertation et le dialogue entre les différents acteurs de l’aménagement (syndicat, chambre d’agriculture, collectivités, agriculteurs et propriétaires…), éléments essentiels pour la réussite et la pérennité des projets.


Vers un partenariat …

Ces expériences de terrain montrent l’intérêt de chaque acteur et la compatibilité des visions dans la participation aux projets agroforestiers. La condition de succès de ce type de projet réside dans le temps nécessaire au diagnostic, l’animation et la communication entre tous les acteurs du territoire concerné. Ces enjeux, souvent sensibles pour ces acteurs, ne peuvent se résoudre par des solutions toute faites, imposées par un organisme ou une collectivité. Le gros atout de l’agroforesterie sur le thème de la protection de l’eau, c’est qu’elle intéresse les différents acteurs à plusieurs échelles. L’agriculteur y voit un intérêt agro-économique et la possibilité de poursuivre son travail d’agriculteur, la collectivité la possibilité de réduire l’impact des pratiques agricoles sur la qualité de l’eau.
Dans de tels projets, l’initiative peut provenir des agriculteurs, des syndicats de rivières, voire des communes. Mais ces projets collectifs peuvent répondre à d’autres enjeux : on peut imaginer des partenariats entre des agriculteurs et des collectivités pour la réhabilitation de zones de friches ou en déprise, la conservation d’une activité agricole couplée à l’entretien des arbres pour les besoins de la collectivité (bois énergie, compostage…), le développement d’un projet axé sur la biodiversité, etc...