VIMEO - consulter et partager nos ressources vidéo sur l'agroforesterie et les pratiques agroécologiques PEARLTREES - consulter et partager nos ressources vidéo sur l'agroforesterie et les pratiques agroécologiques PEARLTREES - consulter et partager nos ressources sur l'agroforesterie et les pratiques agroécologiques Rejoignez les discussions sur l'agroforesterie et l'agroécologie sur Facebook Sélection de videos sur l'agroforesterie et l'agroécologie

Résumé

localisation :
Domaine de Saint Hilaire à Saint Maximin (83)

Type exploitation :
Domaine viticole associé à de l’élevage. Activité touristique d’hébergement.

Date  : 2003

Coordination :
Agroof et COVAR

Partenaires  :
CERPAM
CRPF
Conseil Général


Documents


Protéger un domaine du risque incendie par le sylvopastoralisme



Les enjeux du sylvopastoralisme

Les parcours boisés, pratiques traditionnelles dans le bassin méditerranéen, présentent des intérêts certains pour les éleveurs :
  • la diversité des essences présentes sur le parcours permet une alimentation diversifiée, complémentaire sur la durée. Cette diversité permet de varier les modes d’exploitation du milieu en fonction de l’espèce animale qui va pâturer l’espace.
  • Aux inter saisons, que ce soit en été ou en hiver, l’offre fourragère du parcours complète les ressources fourragères classiques

Pour le propriétaire des terres, les animaux permettent un entretien au sol des peuplements, évitent l’embroussaillement et diminuent considérablement le risque incendie. En accompagnant ce pâturage par un travail d’éclaircie, le propriétaire améliore le capital boisé et crée une véritable coupure anti-feux. De plus l’ouverture de l’espace permet de produire une ressource fourragère supplémentaire. Les éclaircies permettent d’intervenir sur la qualité des futures tiges (meilleure conformation, augmentation de la croissance en diamètre).
Dans le Var comme dans les autres départements méditerranéens, l’abandon des activités agricoles et forestières, amènent peu à peu à des situations qui demandent beaucoup de moyens au moment d’aménager l’espace contre les incendies.


Le projet de Saint Hilaire

Pierre BUREL, propriétaire du Domaine de Provence, acquiert en 2002 le domaine de Saint Hilaire dont le massif boisé couvre environ 1000 ha. Ce massif fait l’objet d’une convention de pâturage avec une association d’éleveurs (groupement pastoral de Lamier en Isère).

Le projet sylvopastoral de Saint Hilaire, outre le fait qu’il maintient et renforce l’activité pastorale d’un groupement d’éleveurs, permet au propriétaire de protéger son domaine contre les incendies. La bande aménagée couvre environ 5 Km de long ce qui permet une protection à grande échelle de la région concernée et des communes environnantes. L’objectif est double  : assurer une coupure de combustible efficace sur la partie ouest du domaine afin de protéger le massif forestier des possibilités de passages de feu et entretenir cette coupure par le pâturage. Ce pâturage permet de poursuivre voire d’augmenter l’activité d’élevage du Domaine ainsi que de diminuer le coût de l’entretien de la coupure pour le propriétaire.