VIMEO - consulter et partager nos ressources vidéo sur l'agroforesterie et les pratiques agroécologiques PEARLTREES - consulter et partager nos ressources vidéo sur l'agroforesterie et les pratiques agroécologiques PEARLTREES - consulter et partager nos ressources sur l'agroforesterie et les pratiques agroécologiques Rejoignez les discussions sur l'agroforesterie et l'agroécologie sur Facebook Sélection de videos sur l'agroforesterie et l'agroécologie

Résumé

localisation : Margueron (33)

Type exploitation :
Domaine viticole du Bordelais et exploitation céréalière.

Date  : 2003/05

Coordination :
Chambre d'Agriculture et Agroof

Partenaires  :
Chambre d’Agriculture
 CRPF
Coopcerno
INRA


Documents


















Château Pierrail : Produire du bois, des cultures et… des fruits.



Un projet pionnier en Aquitaine

Mis à part les systèmes d’association traditionnelle peuplier-maïs, il n’existait pas encore de parcelle agrisylvicole en région Aquitaine qui associent des arbres à bois précieux et des céréales. Le projet de la famille Demonchaux est donc pionnier en la matière.

L’objectif du projet de la famille Demonchaux est de convertir une partie de l’exploitation céréalière en agroforesterie. La finalité de l’aménagement est d’opérer une reconversion en douceur des activités de l’exploitation. Outre la poursuite de la production céréalière en intercalaire, les nouvelles productions visées sont la production de noix à moyen terme et la production de bois de haute valeur économique. Les noyers double-fin seront élagués progressivement afin d’obtenir à terme des billes de 2m50 de hauteur.


Des enjeux expérimentaux innovants

Deux axes majeurs sont abordés dans le programme de recherche de l’INRA permettant la production double-fin: la sélection génétique de noyer double-fin par multiplication végétative, et les techniques de taille permettant une production nucicole tout en formant une bille de 2m50. C’est cette deuxième option qui a été testée sur le Domaine du Château Pierrail.

Principe de la multiplication végétative

La multiplication végétative (bouturage) permettrait d’avoir des Juglans Regia à bonne aptitude fruitière sur leurs propres racines, sans avoir besoin de greffer les plants. Le point de greffe nuit en effet à la qualité de la bille. Il laisse une cicatrice marquée qui différencie deux types de bois et fragilise la feuille de bois issue du déroulage. Il empêche également l’exploitation de la culée de l’arbre, qui conserve encore aujourd’hui une bonne valeur commerciale.

Les avantages du bouturage par rapport au greffage sont la diminution du coût de production des plants, un enracinement proche de celui des noyers hybrides avec une vigueur qui semblerait identique et le fait d’éviter la présence de Cherry Leaf Roll Virus ou Black Line au point de greffage. Le principal inconvénient est le manque de référence du comportement en pleine terre des principales variétés fruitières systématiquement associées avec des porte-greffes adaptés au contexte pédoclimatique.

Principe de la taille des noyers double-fin

La technique du pliage des branches a été testée en comparaison avec la taille de formation classique au sécateur (formation par coupe pour obtenir un tronc de 2m50). Dans le premier cas, on conserve les branches afin de favoriser une production de noix précoces alors que dans le deuxième cas, la mise à fruit n’intervient qu’une fois la bille formée.
Le principe du pliage est donc de favoriser le plus grand nombre de branches (jusqu’à une vingtaine de branches) afin de favoriser une bonne production de noix, mais également un bon enracinement de l’arbre. Un suivi de formation par pliage permet de ralentir la croissance en diamètre des branches et faciliter ainsi la formation de la bille.
En pliant les branches de l’année sous l’horizontale (jusqu’à 130°), on peut augmenter la précocité de la mise à fruit (de 8 ans avec la conduite en gobelet, à 3-4 ans avec le pliage). On commence la production fruitière sur les branches basses qui vont grossir lentement, puis on les élague quand l’arbre s’est développé plus haut et avant que le diamètre à l’insertion soit préjudiciable pour la qualité du bois. On peut ainsi avoir une bille de pied de 2,50m (ou plus) et des noix à 1m du sol. En limitant les tailles, on limite du même coup la diffusion des maladies. Mais cette technique demande une certaine technicité et du temps de travail un peu plus important.

A suivre...